• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 16 novembre 2004

L'hébergement touristique (nov. 2004)

ceser culture sport tourisme hebergementPour que le tourisme reste l'un des meilleurs atouts de la région, des adaptations sont à prévoir en matière d'hébergement. Objectif : préserver le double équilibre social et spatial de l'offre, tout en tenant compte des évolutions des pratiques touristiques. Car, si quatre Français sur dix ne partent toujours pas en vacances, on note un changement des comportements, avec l'arrivée à l'âge de la retraite des enfants du baby-boom et l'augmentation des séjours "en solo". Vient ensuite l'effet zapping, penchant pour des vacances courtes et actives d'une clientèle "multi-consommatrice" et infidèle. Enfin, l'étalement des séjours, induit par les nouveaux usages du temps de travail et du temps libre, est le dernier élément d'une demande de plus en plus subjective.

 

 

La qualité, gage d'attractivité

Avec une diversité des paysages, des destinations et des produits touristiques, les Pays de la Loire réunissent les conditions de leur attractivité. L'objectif global de maintien de la qualité peut être atteint à trois conditions : l'interdiction des implantations sauvages de mobiles homes et une meilleure intégration paysagère de ceux qui sont fixés dans les campings ; le développement de l'offre de transport collectif à destination des stations touristiques et l'amélioration de la signalétique sur les lieux de séjour ; le développement d'une offre spécifique de logement pour les saisonniers et la mise en place d'un " point infos saisonnier " dans chaque office de tourisme.

 

 

L'équilibre spatial

Le tourisme littoral en Vendée et Loire-Atlantique concentre à lui seul les 4/5 de la capacité d'accueil de la région. Cette situation génère un tourisme de masse dont les conséquences sont parfois néfastes pour l'environnement et les services. Y remédier, c'est développer l'offre touristique dans l'arrière-pays tout en gardant le littoral comme locomotive ; étendre la saison avant et après la période estivale (sur quatre mois au lieu de deux), en particulier au bénéfice des seniors. Des mesures incitatives pourraient être prises, à l'image de celles mises en place par le gouvernement espagnol qui encourage la désaisonnalisation en octroyant aux personnes retraitées une aide au séjour.

 

 

L'équilibre social

En trente ans, le littoral ligérien est devenu moins accessible aux budgets modestes en raison du développement des résidences secondaires, des résidences de tourisme et des campings haut de gamme, qui ont remplacé les campings traditionnels et les colonies de vacances. S'ajoute à cela la disparition de la petite hôtellerie familiale et des pensions de famille, ainsi que la non-adaptation de l'offre du tourisme social aux nouvelles demandes des familles. L'équilibre social en pâtit.

 

 

Favoriser l'offre d'hébergement individuel

Les résidences secondaires ne sont occupées en moyenne que 40 jours par an. Des démarches simplifiées et sécurisées, ainsi qu'une incitation fiscale pourraient décider les propriétaires à louer leur bien lorsqu'ils sont absents. Cela constituerait un important réservoir de logements (5% de résidences ouvertes au secteur marchand représenteraient 45 000 lits supplémentaires, soit plus que le parc hôtelier régional, qui n'est que de 39 500 lits).

 

 

Accompagner les mutations du tourisme social

Respecter les règles de la concurrence

Le dispositif de tourisme social est tiraillé entre sa vocation et la recherche d'un équilibre économique. Respecter les règles de la concurrence vis-à-vis du tourisme commercial passe par un effort de transparence et par la nécessité de préserver l'objet social initial de l'offre en direction d'abord d'un public spécifique (étudiants, enfants, handicapés, etc.).

 

Privilégier l'aide à la personne

Les classes moyennes, notamment les chômeurs et les salariés de PME qui ne bénéficient ni de l'aide aux plus défavorisés, ni de chèques-vacances, partent de moins en moins en vacances. L'aide à la personne pourrait leur permettre d'accéder aux centres et villages de vacances. Elle est la meilleure garantie de mixité sociale et de liberté de choix de ses vacances.

 

Accompagner les personnes en grande difficulté

Le public en grande difficulté ne "sait" plus partir en vacances de manière autonome en raison d'un blocage culturel. De fait, les bons CAF, auxquels familles monoparentales ou jeunes en difficulté sont pourtant éligibles, sont peu utilisés. Une action spécifique pourrait les amener à envisager un départ, puis à concrétiser leur projet en les accompagnant dans la constitution de dossiers d'aide et en prévoyant un encadrement de leur séjour sur place, en lien avec associations, centres sociaux et organismes caritatifs.

 

Mieux promouvoir l'offre sociale

Le tourisme social doit revenir dans les circuits de communication et réapparaître dans les politiques de marketing touristique des comités départementaux et du comité régional du tourisme. Il mérite de sortir de la catégorie "autres hébergements" et de bénéficier d'un affichage qui mette en valeur les éléments qui le caractérisent : convivialité, accueil, partage et animation collective.

 

Restructurer les centres de vacances

Renouveler les vacances collectives des jeunes passe par la vente d'une partie du foncier des centres de vacances vétustes et la mutualisation des bénéfices, pour réinvestir dans une offre adaptée aux besoins actuels.

 

 

Relancer les vacances individuelles "populaires"

Préserver suffisamment de campings

Les campings municipaux pourraient devenir un hébergement touristique à bas prix avec des prestations de base. Par ailleurs, le développement d'une offre de campings "rétro-littoraux" (distants de 1 à 5 km des plages) constitue une opportunité d'intervention des pouvoirs publics pour rendre le littoral accessible aux populations modestes, en dépit des lois du marché.

 

Développer des logements sociaux de vacances

La transformation de certaines colonies de vacances en logements sociaux de vacances sur le concept de HLM touristiques est une piste à explorer, sur la base d'un montage financier innovant, entre propriétaire foncier, commune d'accueil et/ou bailleur social. Une exploitation pertinente de ce type de structure permettrait un taux d'occupation à l'année de l'ordre de 80%.

 

Faire renaître les auberges de jeunesse

Secteur en friche, les auberges de jeunesse ont besoin d'un plan de relance régional conforme au standard européen, en partenariat avec les villes et l'Etat. Souvent dénaturée, à la limite de la salubrité, l'offre actuelle est très faible (quatre auberges seulement dans la région) et en décalage par rapport à celle des autres pays européens. Certains locaux destinés à d'autres fonctions le reste de l'année (foyers de jeunes travailleurs, internats, cités universitaires, etc.) pourraient être transformés en auberge de jeunesse pendant la saison estivale.

 

Cette étude constitue le chapitre 3 de la publication "Bâtir avec et pour les hommes la réussite de l'Ouest" (tome 2).

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations