• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 01 janvier 2003

Quelles infrastructures et quels services de transport-clés dans 20 ans ? (2003)

Les Pays de la Loire ont besoin de nouveaux services de transport plus intermodaux, sur la base de réseaux renforcés entre les métropoles de l'Ouest et dans les bassins de vie autour des pôles urbains ligériens de taille moyenne. A partir d'une vision globale des transports de voyageurs et de marchandises, des évolutions novatrices sont proposées en vue d'une cohérence accrue entre les modes et d'une meilleure adaptation aux besoins.

 

Des choix forts et innovants sont préconisés, tels que limiter les investissements routiers au bénéfice de nouvelles lignes ferroviaires directes entre Nantes et Rennes via Notre Dame des Landes, ou Montoir et Sablé sur Sarthe, en contournant l'agglomération nantaise. La création de services plus attractifs pour les clients, l'ouverture à l'international du port atlantique, le développement de démarches qualité dans les transports sont quelques unes des nombreuses propositions prospectives de cette étude.

 

 

Infrastructures et services de transport : passer du dire au faire

Gagner le pari de l'attractivité, tel est l'enjeu pour l'Ouest français. Pour le CESR, la clé se trouve dans une politique de transports volontariste, avec plus d'infrastructures et de services de communication de niveau européen, de meilleurs échanges interrégionaux par route, mer et rail, et un maillage des territoires accru.

 

 

Une politique "globale" de transports

Elle doit comporter deux priorités : d'une part, l'élargissement de la compétence de l'assemblée régionale à tous les transports, pour lui permettre de mieux apprécier les différents projets d'infrastructures et de services qui lui sont soumis ; d'autre part, une meilleure implication des acteurs du secteur dans l'élaboration et la mise en oeuvre des décisions. Dans cette optique, une agence de régulation pourrait voir le jour. Composée des collectivités locales (organisatrices de transport), des transporteurs, des chargeurs, des usagers et des propriétaires de réseaux, elle serait le lieu le plus approprié pour arbitrer les dossiers. Et à terme, toutes les structures régionales de ce type pourraient être mises en réseau.

 

 

Ancrer l'ouest de la France à l'Europe

Pour porter les ambitions des régions de l'Ouest au-delà de leurs frontières, il est nécessaire de réaliser sans tarder des infrastructures majeures comme le barreau d'interconnexion des TGV au Sud de l'Ile-de-France, la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire et l'aéroport international de Notre-Dame-des-Landes. Il faut également soutenir l'ambition du Port Atlantique Nantes Saint-Nazaire pour en faire une étape incontournable sur les autoroutes de la mer. Quant aux échanges interrégionaux, leur dynamisation viendra de la mise en œuvre d'une stratégie de réseau autour de Nantes, Le Mans et Rennes, d'un nouveau franchissement de l'estuaire et d'une nouvelle liaison ferroviaire entre Nantes et Rennes.

 

 

Transférer du fret routier vers le ferroviaire et le maritime

Le transport intermodal de marchandises doit être en tête des politiques publiques, le rôle du complexe portuaire Nantes - Saint-Nazaire et de la plateforme logistique de Montoir ne demandant qu'à être confortés. En outre, le développement de la recherche et l'expérimentation doivent permettre de rassembler les experts du grand Ouest autour de l'évolution du transport de fret, en mettant notamment en avant le TER fret. Pour inciter les chargeurs à utiliser les services multimodaux, il convient donc d'accentuer la politique commerciale du fret ferroviaire, de développer la culture maritime des transporteurs routiers et des responsables logistiques et d'améliorer l'accueil portuaire. Le CESR propose de mettre en place une démarche qualité de l'ensemble des services portuaires. Ouvrir un service de fret ferroviaire Montoir-Vierzon (centre multimodal), créer une voie ferrée avec priorité au fret au départ de Port Atlantique, tester une plateforme logistique urbaine pour les livraisons de marchandises sont également des pistes à suivre.

 

 

Assurer une couverture totale de la région par les transports collectifs d'ici à 2020

Le choix de politiques intermodales vaut également pour le transport des personnes. C'est le moyen de poursuivre le maillage du territoire. Développer ce type de services réclame d'intégrer la problématique transport dans l'urbanisation des périphéries des villes et des zones rurales. Une meilleure coordination des services et la création de lignes de rabattement permettraient de rendre les transports en commun accessibles à tous les Ligériens en moins de dix minutes. Sans oublier de généraliser progressivement les offres tarifaires génériques (type carte orange), avec guichet unique d'information.

 

 

Adopter l'offre de transports collectifs aux nouveaux besoins

Il est indispensable de mener des campagnes de sensibilisation citoyennes, de poursuivre le développement des réseaux en secteur urbain et de développer les politiques de services aux clients (stationnements près des gares, produits tarifaires, services à domicile pour les personnes à mobilité réduite…). Il faut également promouvoir l'utilisation du vélo, expérimenter les bateaux navettes en ville, accroître les espaces piétons et réduire l'accès des voitures à certaines voies.

 

 

Tirer parti des télécommunications dans les transports de demain

Les technologies de l'information (TIC) sont encore trop peu mobilisées pour résoudre les problèmes de transport dans l'Ouest. Et pourtant, l'usage des réunions et de la formation à distance, la mise en place d'une bourse de fret régulée, l'utilisation de systèmes d'alerte pour gérer la circulation et les bouchons, la mise en réseau des volontaires du covoiturage et la promotion du télétravail, sont une réserve de "canaux" non encore embouteillés.

 

 

Financer ces ambitions

Mieux hiérarchiser les priorités et redéployer les crédits publics : le CESR propose de cesser le financement des routes nouvelles pour concentrer les efforts sur les transports publics. Faire appel au partenariat public privé, trouver de nouveaux modes de tarification pour les usagers, créer un fonds régional d'équipement multimodal alimenté par la TIPP, instituer une redevance poids lourds pour mettre fin au « tout routier », les pistes sont nombreuses pour que se dessine un nouveau schéma régional des transports des personnes et des marchandises.

 

Cette étude constitue le chapitre 6 de la publication "Bâtir avec et pour les hommes la réussite de l'Ouest" (tome 1).

 

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations