• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 20 juin 2001

TIC et territoires (juin 2001)

Quels nouveaux usages, quels nouveaux services publics pour les Ligériens ?

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) se sont, en quelques années, fondues dans la société. Au fil des dossiers publiés, le CESR des Pays de la Loire s'est attaché à en étudier les incidences sur la vie économique et sociale. Avec ce nouveau panorama des infrastructures et des services existants, il fait le point sur les bénéfices apportés aux différents utilisateurs. Si la multiplication des réseaux et des techniques de télécommunications, dans les Pays de la Loire comme ailleurs, favorise la proximité dans la vie privée, professionnelle et collective, elle ne profite encore réellement qu'aux zones urbaines et péri-urbaines. La raison est simple : les lourds investissements consentis sont plus facilement rentabilisés là où le potentiel d'utilisateurs est le plus important.

 

 

Une fracture numérique rural / urbain

La téléphonie, le réseau numeris, le fax, les transferts de sons et de fichiers se contentent des faibles débits présents sur tout le territoire ligérien. En revanche, les hauts débits (fibres optiques, câbles coaxiaux, boucles locales ATM ou ADSL), nécessaires pour les visio et vidéo conférences et pour la télévision haute définition, sont pour l'instant l'apanage des lieux fortement peuplés. Même constat pour la téléphonie mobile pour laquelle le CESR déplore quelques parents pauvres en limite de départements, au nord de la Mayenne, à l'ouest de la Sarthe et au nord-est de la Loire-Atlantique.

 

 

Le rôle moteur des collectivités territoriales dans les infrastructures haut débit

Les grandes agglomérations de la région (Communauté urbaine de Nantes, villes d'Angers, du Mans, de Saint-Nazaire, de la Roche-sur-Yon...), qui développent leurs propres réseaux, ont bien compris que l'existence du haut débit conditionne en partie le développement économique et le renforcement du lien social.

 

Dans le prolongement du réseau Ouest Recherche, les régions Pays de la Loire et Bretagne ont initié en 2000 un mega réseau, baptisé MEGALIS, destiné à satisfaire les besoins des communautés d'intérêt général dans les domaines de la santé, de la culture, du tourisme, de l'enseignement, de la recherche et de l'administration locale. Si l'intérêt de ces infrastructures haut débit ne fait pas de doute, le principal frein à leur développement dans les zones peu denses, demeure le coût final pour l'utilisateur.

 

La desserte des zones rurales suppose donc que les acteurs publics (Etat et/ou collectivités territoriales) compensent une partie de l'investissement considéré comme relevant d'une mission de service public.

 

 

La banalisation des TIC pour demain ?

Les collectivités publiques contribuent déjà au lissage de l'usage des TIC, par leur équipement direct et le développement de nouveaux services aux populations. Il en est ainsi des bus internet de la Sarthe ou de l'agglomération angevine et des cybercentres ouverts par la Région dans les Pays (14 fin 2000, 60 prévus en 2002). Implantés dans des lieux faciles d'accès, ouverts sur de larges tranches horaires et animés par du personnel qualifié, les cybercentres accueillent chaque jour de 40 à 75 personnes, dont les deux-tiers ont moins de 30 ans. L'objectif est d'en faire des lieux d'animation et de projets relayés par les associations locales. Au niveau de l'Etat, toutes les préfectures auront ouvert, durant l'été 2001, un site web assurant une fonction de portail public local. Et en interne, tous les services de l'Etat participent, à l'échelle de chaque département, à des Systèmes d'information territoriaux (SIT). Ils sont destinés à améliorer la circulation de l'information et le travail coopératif.

 

Dans cet esprit, la Vendée a instauré, en 1993, les Systèmes d'informations géographiques (SIG) entre services publics. Ils permettent de croiser des données démographiques, économiques, sociales et d'urbanisme sur un même territoire, donc de fournir une aide à la décision en vue d'aménagements coordonnés. D'autres applications innovantes mériteraient d'être développées au bénéfice des administrés, telles la carte à puce unique pour l'ensemble des transports collectifs (à l'image de ce qui fonctionne dans le Nord - Pas de Calais), ou la relation directe administré/administration via un intranet urbain, comme à Parthenay.


Encore faudrait-il que les décalages relevés en matière de sensibilisation et d'équipement des ménages soient gommés, tous les publics n'étant pas "logés à la même enseigne" selon qu’ils sont actifs, personnes défavorisées, jeunes ou retraités.

 

 

Pour des TIC éthiques et citoyennes

Dans un autre domaine, on peut aussi regretter que l'interactivité avec les administrations locales n'en soit qu'à son balbutiement, en dépit de la palette de services que leurs sites web offrent aux visiteurs.

 

Les téléprocédures connaissent en effet un développement timide, souvent limité au téléchargement de formulaires, et rares sont les communes qui proposent des forums de débat sur les projets locaux. Si les nouvelles technologies permettent d'aplanir les distances et de raccourcir le temps, elles placent aussi le citoyen en position de cible. Bien que dans le domaine de la surveillance et du pistage, la réglementation existe, les abus sont toujours possibles. A l'échelle européenne, des mesures sont prises pour renforcer la protection et le traitement des données à caractère personnel et introduire le principe de neutralité technologique.

 

Ces mesures donneront peut-être aux Français davantage confiance dans le commerce électronique et le télépaiement. Il mettrait en valeur les réussites et rassemblerait toutes les compétences et les informations nécessaires au développement de cette nouvelle activité. On le voit, il reste un certain nombre d'efforts à faire pour sensibiliser les élus, les personnels publics et le grand public, faire évoluer les pratiques et développer de nouveaux projets (de préférence citoyens). Les TIC sont à présent lancés dans une phase de réduction de l'"illectronisme".

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations