• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 1 janvier 2006

Valoriser les talents (2006)

ceser economie emploi valoriser talentsInciter les jeunes à devenir "entrepreneurs" de leur vie professionnelle en luttant plus efficacement contre la sélectivité naturelle du marché du travail et le déclassement : tel est l'objectif à atteindre par les politiques de lutte contre le chômage des jeunes.

 

Dans ce contexte, les acteurs locaux ont un rôle essentiel à jouer en direction des jeunes les moins qualifiés pour leur mettre "le pied à l'étrier". En effet, l'accès au premier emploi, n'est que la première étape d'un processus visant à accumuler les compétences nécessaires aux responsabilités que le jeune devra exercer demain. Ces compétences permettent de l'inscrire dans une dynamique de mobilité et de progrès. Peu de jeunes se lancent dans la création et la reprise d'entreprise, formidable vecteur de richesses et d'emplois. Il faut donc aller plus loin pour les y encourager. Les Pays de la Loire ont déjà de bons résultats en la matière, mais il convient de développer de nouvelles pistes à leur attention.

 

 

Les jeunes dans la vie active

Mettre "le pied à l'étrier"

L'objectif numéro un est de placer les jeunes en situation de devenir des entrepreneurs de leur vie professionnelle. Les politiques qui se sont succédé depuis 30 ans pour lutter contre le chômage des jeunes n'ont pas réussi à contrecarrer la sélectivité du marché du travail et le déclassement. Dans ce contexte les acteurs locaux ont un rôle essentiel à jouer en direction des jeunes les moins qualifiés pour leur mettre "le pied à l'étrier" : valoriser les atouts qui les rendent visibles des employeurs, agir sur les représentations et les méthodes de recrutement, recréer les réseaux nécessaires au rapprochement de l'offre et de la demande. Chaque bassin d'emploi est différent. Le service public de l'emploi doit en tenir compte et développer un projet sur mesure, en fonction des déséquilibres observés.

 

Donner des perspectives

L'accès au premier emploi, quel qu'il soit, n'est que la première étape d'un processus qui doit amener le jeune à accumuler les compétences nécessaires aux responsabilités qu'il devra exercer demain. La promotion du premier accueil, la revalorisation du tutorat, la lutte contre les discriminations au travail, la reconnaissance managériale, fondée sur la rémunération et l'accès à la formation, sont autant d'éléments susceptibles de l'inscrire dans une dynamique de mobilité et de progrès. Mais les avancées ne peuvent passer que par un dialogue social exigeant et de qualité.

 

L'impératif de la relève

La création et la reprise d'entreprise sont un formidable vecteur de richesses et d'emplois. Beaucoup est déjà fait en la matière et les Pays de la Loire ont de bons résultats. Pour autant, peu de jeunes se lancent. Il faut donc aller plus loin pour les y encourager : la diffusion d'une culture d'entreprise, des financements spécifiques en direction de la micro-entreprise, des mesures rassurant les plus inexpérimentés, sont autant de pistes à développer en s'appuyant sur les expériences réussies.

 

 

PROPOSITIONS POUR "VALORISER LES TALENTS" :

Favoriser la "mise à l'étrier"

  • Aider les entreprises, notamment les PME-PMI, à mieux appréhender, dans un cadre collectif (branches, groupements d'employeurs, etc.), le recrutement des jeunes diplômés.
  • Promouvoir les systèmes de tutorat école-entreprise à tous les niveaux de qualification
  • Développer le recours aux contrats de professionnalisation, en veillant à ce qu'ils soient plus en phase avec le profil des jeunes et à ce que les modalités d'accès soient harmonisées
  • Participer, après évaluation, aux nouvelles actions préparatoires au recrutement mises en place par l'Etat
  • Financer, par appel à projet, les PAIO et missions locales dans leurs démarches innovantes de proximité, et le suivi global des jeunes en difficulté
  • Coordonner le service public de l'emploi, au moyen, localement, des Maisons de l'emploi, intégrant la question de la formation, et au soutien d'un engagement de l'Etat à la hauteur des enjeux
  • Soutenir la création puis la consolidation de groupements d'employeurs, notamment en zone rurale, au moyen d'une communication régionale spécifique sur ce sujet et à l'appui d'une "démarche qualité"
  • Établir des diagnostics stratégiques précis et actualisés de l'offre et de la demande d'emploi peu qualifié dans chaque bassin d'emploi
  • Inciter le service public de l'emploi coordonné à travailler sur des projets en phase avec les diagnostics (problème d'offre ou problème de demande supposant de travailler alternativement sur les métiers en tension, le déclassement, la création d'entreprise par les jeunes chômeurs, la mobilité, "l'école de la seconde chance"...)
  • Redonner une attractivité aux métiers à faible niveau de qualification, par la revalorisation des savoir-être, conçus comme compétences transposables, et l'amélioration des conditions de travail, spécialement dans les secteurs en tension.
  • Encourager les partenaires sociaux à lutter plus efficacement, sur la base des méthodes d'intervention sur l'offre et la demande (IOD), contre le déclassement à l'intérieur des entreprises, afin de libérer les postes les moins qualifiés pour les jeunes les plus en difficulté et rééquilibrer le marché du travail.

 

Mieux reconnaître les jeunes en les inscrivant dès l'embauche dans des parcours de mobilité

  • Promouvoir auprès des partenaires sociaux la nécessité de défendre un accueil de qualité (présentation globale de l'univers de travail, évaluation de départ du jeune, mise en évidence des perspectives de carrière...)
  • Soutenir le développement de chartes de tutorat favorisant la transmission intergénérationnelle des savoir-faire et l'intégration immédiate dans un parcours d'élévation des compétences
  • S'appuyer sur la charte de conditionnalité des aides aux entreprises pour lutter, aux côtés des partenaires sociaux, contre les discriminations ethniques, sexuelles ou liées au handicap dans l'entreprise, en mobilisant l'ensemble des outils légaux disponibles, ainsi que l'accord national interprofessionnel sur la diversité, et en communiquant sur leur action
  • Favoriser l'accès des jeunes travailleurs intérimaires à la formation continue et à la VAE, et promouvoir un partenariat entre les entreprises de travail temporaire et le service public de l'emploi
  • Encourager les branches professionnelles et les structures interprofessionnelles à coordonner leurs efforts pour mieux valoriser les compétences de leurs jeunes collaborateurs, renforcer leur employabilité, et communiquer davantage sur la diversité des métiers qu'elles proposent
  • S'inspirer de certaines expériences étrangères pour mieux anticiper les reconversions professionnelles subies (fondations autrichiennes par exemple)
  • Faire bénéficier davantage de la VAE les jeunes salariés les moins qualifiés
  • Faciliter la mise en oeuvre du management dit de "l'entreprise apprenante"
  • Confier aux jeunes un devoir d'expérimentation assorti d'un "droit à l'erreur"
  • Utiliser davantage les volets "ressources humaines" des fonds d'appui à la performance industrielle en direction des jeunes salariés.

 

Consolider les fondements d'une culture et de valeurs d'entreprise dans les Pays de la Loire

  • Orienter davantage les multiples dispositifs de soutien à la création-reprise vers les moins de 30 ans
  • Etendre sur tout le territoire régional des antennes de la création et de la reprise d'entreprise combinées avec les Maisons de l'emploi
  • Associer l'image des Pays de la Loire à celle de "terres d'entreprise", sur le modèle d'autres régions françaises, dans le cadre d'une communication ambitieuse mettant particulièrement en évidence les opportunités offertes aux jeunes dans les domaines "porteurs"
  • Soutenir les aides à la microentreprise, particulièrement dans les quartiers en difficulté (ZUS), et en créant un fonds commun de placement régional "jeunes" spécialement affecté aux petits projets
  • Valoriser les réussites obtenues dans les territoires, en redonnant une chance en cas d'échec, et développer les talents créatifs des jeunes, en lien avec l'Education nationale et l'enseignement supérieur
  • Engager avec les partenaires sociaux la constitution d'un fonds de solidarité, sur le modèle du love money québecois, pour l'aide à la création et la reprise d'entreprise par les jeunes
  • Renforcer les solutions de parrainage déjà existantes des nouveaux entrepreneurs, associant davantage les compétences techniques et commerciales, et correspondant aux difficultés spécifiques des secteurs concernés (par exemple un accompagnement managérial plus important dans le domaine des services).

Cette étude constitue le chapitre 5 de la publication "A vous de jouer !".

 

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations