• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 22 juin 2012

Le sport, vecteur de lien social et rôle éducatif (juin 2012)

 

Sport : trouver de nouveaux rythmes

La région des Pays de la Loire «sporte» bien. Elle reste une des plus dynamiques en France alors que la pratique sportive connaît de fortes évolutions depuis quelques années, suivant en cela des tendances sociétales. L’activité loisir, le bien-être et la pratique individuelles sont privilégiés au détriment de la compétition et du sport collectif.

 

Au total, les pratiquants sont plus nombreux mais davantage consommateurs, voire «zappeurs», ce qui induit de nouvelles relations entre les clubs et leurs adhérents. Les Pays de la Loire n’échappent pas à ces mutations qui ont un impact sur le rôle et la place du sport dans la société mais aussi sur l’emploi sportif et le bénévolat. A cela s’ajoute un contexte particulier de crise économique et sociale, de restriction des ressources financières des collectivités et de réformes territoriale et fiscale.

 

Le Conseil économique social environnemental régional a souhaité mettre en perspectives ces bouleversements face aux enjeux qu’a toujours représenté le sport, que des pratiques de plus en plus consuméristes et individualistes peuvent, à terme, remettre en cause.


Ce rapport émet des préconisations pour revaloriser le rôle de la pratique sportive, outil de socialisation, d'intégration, de mixité sociale et de liens intergénérationnels. Ces propositions touchent aussi bien les pratiques des clubs, l’optimisation des équipements, les politiques menées par les collectivités territoriales mais aussi les rapports sport-école, les politiques de santé publique…

 

Le CESER a souhaité réinterroger ces évolutions à partir des fonctions initiales du sport dans son rôle éducatif et de vecteur de lien social.

  • Les nouvelles pratiques ont-elles besoin d’être accompagnées ? Si oui, comment ?
  • Quelle stratégie mettre en œuvre face à certaines évolutions des pratiques sportives ?
  • Ces mutations ne peuvent-elles pas aussi comporter des opportunités pour nos territoires ?

 

Conférence régionale consultative du sport, les Pays de la Loire pionniers

Les Pays de la Loire se sont engagés très tôt dans une stratégie de concertation, avec la mise en place en 2006 de la Conférence régionale consultative du sport (CRCS). Initiative à caractère précurseur, la CRCS n’a pas tardé à révéler la nécessité de repenser l’organisation du mouvement sportif en région en partenariat avec tous les acteurs, en co-pilotage entre l’État, le Conseil régional et le CROS. Aujourd’hui, à travers la CRCS, tous les acteurs du sport en région s’interrogent sur les relations entre le monde économique et le monde du sport, l’évolution des compétences et l’optimisation de l’action publique, le sport de haut niveau, mais aussi le sport santé.

 

Les Pays de la Loire sur le podium

Avec plus d’un million de licenciés, les Pays de la Loire sont une des régions les plus sportives de France, 3e en nombre de licenciés et 2e en taux de "pénétration", derrière la Bretagne. La région compte en moyenne une trentaine de licences pour 100 habitants, avec des spécificités départementales : un peu plus faible en Sarthe (24 à 26 licences pour 100 habitants contre plus de 28 dans les autres départements de la région).


Au total, près de 106 fédérations sont représentées régionalement dont 29 disciplines "olympiques", 55 sports "non olympiques", 15 fédérations multisports et affinitaires, 2 fédérations spécifiques à la pratique des personnes en situation de handicap, 5 fédérations scolaires et universitaires.


Le nombre de licenciés en Pays de la Loire progresse annuellement de 2 à 3 %. Toutefois, dans ce contexte, la Ligue régionale de football voit son nombre de licenciés régresser, ce qui ne l’empêche pas de rester la 1ère fédération régionale avec plus de 160 000 licences délivrées en 2011. Les Pays de la Loire disposent aussi de spécificités régionales. A l’instar de la Ligue régionale de basketball qui est la 1ère ligue de France, les sports collectifs y sont particulièrement représentés, tout comme le tennis, l’athlétisme et la voile. Des fédérations comme l’athlétisme, l'équitation, le hockey ou encore le roller skating connaissent également des évolutions positives qui confortent l'idée de fortes mutations en cours. Ainsi les pratiques compétitives et les sports collectifs connaissent un tassement au profit des loisirs et du sport individuel. De même les sports en pleine nature montent en puissance au détriment des pratiques en «espaces artificiels». Ce que confirme la préoccupation croissante des pratiquants aux notions de santé et de bien-être. Enfin le sport n’échappe pas aux évolutions générationnelles : le vieillissement de la population voit l’explosion du sport senior. A contrario, les jeunes diversifient toujours plus leurs activités.

 

L'emploi sportif

Même si la part du sport est relativement faible au sein de l’effectif national des salariés (0,6%), la Région des Pays de la Loire se démarque avec 5,7 % d’emplois dans le secteur sportif. Il s’agit de la 4e région offrant la plus forte densité en activités salariées liées au sport en 2007.


Au total, les Pays de la Loire comptent près de 4 220 professionnels dans le secteur sportif (moniteurs, éducateurs sportifs et sportifs professionnels au recensement 2006), dont presque la moitié dans les collectivités locales qui emploient environ 2 000 opérateurs, éducateurs et conseillers en activité physique et sportive dans la région. L’État met également à disposition du mouvement sportif 45 conseillers techniques régionaux.

 

Un apprentissage de la pratique sociale

Le sport n’est ni éducatif, ni social en soi. C’est le cadre dans lequel l’activité sportive se pratique qui permet aux pratiquants de dépasser l’affrontement et la compétition pour développer des comportements respectueux de ses concurrents ou de l’environnement.


L’activité sportive joue un rôle essentiel dans l’éducation à la citoyenneté et la valorisation de l’activité bénévole. Le sport constitue par nature une pratique sociale. En ce sens, c’est une excellente école du bénévolat. Ces vertus sociales se révèlent notamment à travers l’assistance à l’entraînement, véritable terrain d’apprentissage pour les jeunes en matière de gestion de groupe et de prise de responsabilités habituellement accordées aux adultes.

 

 

Préconisations du CESER des Pays de la Loire
Des efforts à poursuivre !

Mieux harmoniser l'action publique

Une meilleure coordination des politiques publiques menées par les collectivités territoriales permettra de donner une plus grande efficacité aux efforts financiers. Ainsi l’intervention régionale devrait porter sur des équipements structurants, en particulier ceux à inscrire au prochain contrat État-Région (piscine olympique, CREPS). Alors que les Départements pourraient se consacrer aux équipements spécialisés et que les intercommunalités harmoniseraient les projets sportifs de proximité, notamment pour les équipements structurants.

 

Co-construire les projets sportifs à l'échelle des bassins de vie

La réalisation d’un projet sportif territorial permet de définir les orientations stratégiques touchant toutes les facettes de la pratique sportive : éducation, compétition, accessibilité, équipements… Cela nécessite une concertation avec les collectivités, les clubs, le mouvement sportif, les partenaires sociaux, les parents d’élèves…

 

Mieux répondre aux nouvelles attentes des citoyens

Les pratiques sportives évoluent et il convient de mieux répondre aux nouveaux comportements incitant les clubs à diversifier leurs offres en direction de tous les publics, notamment pour les adeptes de pratiques loisirs et/ou "santé/bien-être".

 

Renforcer les liens entre le sport et l'école

La pratique du sport dès la petite enfance est prioritaire. Il est donc nécessaire de veiller au maintien des postes d’enseignants en EPS et des moyens adaptés pour enseigner cette discipline dans tous les établissements et de maintenir une ½ journée par semaine dédiée aux pratiques sportives hors du temps scolaire à tous les niveaux. Pour amplifier cette politique, les conventions entre le mouvement sportif et l’école doivent être multipliées.

 

Favoriser l'accessibilité aux équipements

Pour renforcer l’utilisation de tous les équipements sportifs, il serait souhaitable d’étendre les horaires d’ouverture, y compris en dehors du temps scolaire pour les équipements ou aménagements d’établissements.

 

Cconcevoir des équipements "multiplexes"

La mutualisation des équipements à l’échelle intercommunale devrait s’accompagner d’une conception "multiplexes" qui permettrait d’accueillir, outre les pratiques sportives, d’autres activités sociales comme les mini-crèches, les salles de réunion…

 

Développer les actions de prévention autour du sport

Le sport est un vecteur de bonne santé. Il est donc nécessaire de conforter les missions de la médecine préventive et restaurer les moyens nécessaires à son fonctionnement dans toutes ses spécialités (médecine générale, du travail, scolaire et universitaire, du sport…). Autre proposition : la mise à disposition de coachs santé/bien-être dans les clubs, soutenus si besoin par les organismes de santé (assurance maladie, caisses complémentaires, caisses de retraite…).

 

Valoriser le rôle des bénévoles

La création d’un statut du bénévole serait une avancée certaine pour une meilleure reconnaissance de leur rôle. Il permettrait de mieux fidéliser et pérenniser leur engagement. Cela devrait s’accompagner d’un renforcement de leur formation générale des bénévoles pour assurer des responsabilités associatives, en lien notamment avec le dispositif financé par la Région et piloté par la CPCA (Conférence Permanente des Coordinations Associatives).


De plus, l’activité bénévole gagnerait beaucoup à être valorisée notamment dans les parcours professionnels et les VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) et dans les résultats et les diplômes scolaires et universitaires.

 

Mutualiser les emplois et les compétences

La constitution de groupements d’employeurs favoriserait les emplois à temps complets, et leur pérennisation tout en développant leur polyvalence. Il peut être envisagé la création d’une Commission professionnelle consultative (CPC) des Métiers du sport à l’échelle régionale.

 

Développer le contenu des formations aux métiers du sport

Ces formations devraient évoluer pour favoriser la polyvalence et l’interdisciplinarité (sports collectifs, nouvelles pratiques…) et intégrer un volet Éducation à l’environnement.

 

Conforter la recherche et l'innovation

Le CREPS doit être confirmé comme centre de ressources, de recherche et d’innovation dans le domaine du sport, de la jeunesse et de l’éducation populaire en région, et, à ce titre, inscrit au prochain contrat État-Région.

 

Développer la médiatisation du sport en région

Coréalisé avec le CROS, un média entièrement dédié au sport pourrait être inséré dans le bulletin d’information régional. Il pourrait axer sa politique éditoriale sur la promotion de l’éducation par le sport, la lutte contre les discriminations, la diffusion des innovations en lien avec le développement durable, etc.)

 

Créer les "Olypiades régionales du sport"

Il est souhaitable que soit créé un événement multisports de grande notoriété, recherchant la convergence entre le haut niveau et le sport pour tous. Ces "Olympiades régionales du sport" devraient être pensées comme un moment de convivialité, de brassage culturel et social.

 

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations