• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 01 novembre 2009

Assumer une stratégie de port intermédiaire (nov 2009)

90% des marchandises produites et consommées dans le monde sont transportées par voie maritime. Au regard des préoccupations de développement durable, le transport maritime a de beaux jours devant lui dans la mesure où il est le mode de transport le moins polluant à la tonne au kilomètre transporté.

 

Le développement du port de Nantes Saint-Nazaire à partir des années 70 s'est appuyé sur une série d'implantations liées essentiellement à l'énergie qui représente deux tiers de son trafic. Ces dernières décennies, le transport de marchandises par conteneurs est venu révolutionner le transport maritime. Son développement fulgurant le rend incontournable y compris pour beaucoup de marchandises transportées autrefois en vrac, en caisses ou en palettes. Les conteneurs ne représentent encore aujourd'hui que 1,4 Mt de trafic pour le port de Nantes Saint-Nazaire qui est aujourd'hui à une période clé de son histoire. La création du "Grand Port Maritime" induit un nouveau fonctionnement interne et un meilleur partenariat avec les acteurs économiques et les collectivités territoriales. Ses responsables doivent profiter de cette nouvelle page qui s'écrit pour redéfinir la vocation et la stratégie du port, en renforçant ses capacités d'accueil de conteneurs, en le spécialisant sur les trafics en provenance et vers l'Atlantique sud.

 

 

S’affirmer en port feeder pour le Grand Ouest

Le pragmatisme impose au Grand Port Maritime de se positionner en port secondaire de ports principaux (Le Havre, Anvers, Algésiras) dans une chaîne de transport maritime de courte distance. Cette stratégie permettrait de capter les conteneurs actuellement acheminés par voie terrestre vers son hinterland.

 

 

Investir sur le trafic des conteneurs

Pour développer son activité, le GPM doit clairement se positionner comme une porte européenne de l’Atlantique sud pour les conteneurs et établir des lignes régulières avec l’Amérique du sud, la péninsule ibérique, l’Afrique de l'ouest, l’ouest du Maghreb et les Caraïbes. Concomitamment, il faudra réaliser la première phase du grand terminal à conteneurs (alignement des quais). Son extension ultérieure ne serait enclenchée, en raison de son coût, que si l’objectif de 600 000 conteneurs équivalent vingt pieds (EVP) par an est atteint. Un conseil des chargeurs devra être créé afin d’identifier et de mutualiser les besoins des acteurs locaux et les « niches » dans lesquelles le Port pourrait apporter de la valeur ajoutée logistique.

 

 

Compléter le complexe industrialo-portuaire énergétique

Le port a fondé son développement sur un pôle énergétique majeur, centré sur les énergies d'origine fossile, qui garde encore un potentiel de développement. Dans cet objectif, il est nécessaire de finaliser au plus vite le projet de détournement de la ligne ferroviaire traversant actuellement la raffinerie Total et ainsi engager dans le même temps les projets de mise aux normes de la raffinerie. Ce pôle historique pourrait être complété par l'accueil d'activités innovantes dans les énergies nouvelles, notamment d'origine marine.

 

 

Ports secs et plateformes logistiques pour développer le fret ferroviaire

La configuration du port et de son environnement permet de mettre en place une véritable intermodalité de transport. Ainsi, le transport fluvial pourrait être développé via une navigation sur barges entre Saint-Nazaire, Nantes et Angers. Les autoroutes de la mer entre l’Espagne et le GPM doivent être prolongées par des connexions ferroviaires desservant des ports secs en périphérie de la région, et notamment au Mans. Ces ports secs, véritables terminaux maritimes intérieurs, devront être connectés par la route ou le fer à un réseau de plateformes logistiques localisées à proximité des grandes agglomérations de la région. L'ensemble de ce réseau ports secs - plateformes logistiques doit être relié à la zone de Montoir équipée en transports combinés. L'aménagement de cette zone, coeur du dispositif logistique régional, doit être facilité par l'aboutissement simultané des PPRT de Donges et Montoir.

 

 

Une gouvernance dotée d’un vrai pouvoir local

Les nouveaux statuts du Port devenu GPM et la nouvelle gouvernance qui y est associée sont des outils qu’il faut optimiser pour leur donner une vraie capacité de décision locale et de dialogue avec l’Etat, les collectivités locales, et la place économique. La réussite du transfert des outillages et de la manutention est une première étape majeure pour mettre en place une organisation fiable et efficace.

 

 

Un espace géré de façon responsable

L’anticipation des projets permet de mieux prévenir les éventuels conflits d’usage. A ce titre, il est nécessaire de constituer des réserves foncières destinées aux projets futurs et de réserver dans les différents plans d’urbanisme les corridors permettant la réalisation des infrastructures ferroviaires et routières. Il conviendra de sélectionner avec soin les projets d’implantation sur les espaces portuaires en bord à quai. Tout aussi indispensable est la concertation permanente entre l’ensemble des acteurs concernant les projets touchant à l’estuaire.

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations