• Suivre le Ceser sur Dailymotion
  • Suivre le Ceser sur Twitter
  • Contacter le CESER
  • publcation

Réflexions, avis et propositions pour l’avenir de la région

Date de parution : 18 septembre 2007

Les classes de découverte du Patrimoine (sept 2007)

ceser culture sport tourisme decouverte patrimoineL'ouvrage "A vous de jouer" a mis en avant la nécessité de mieux sensibiliser les enfants d'âge scolaire, de la maternelle au lycée au patrimoine, d'éveiller leur curiosité, de donner un sens à leur environnement. Les classes du patrimoine constituent une formule intéressante qui mérite d'être poursuivie par le moyen plus large des "classes de découvertes" ou "hors les murs". L'étude s'attache à examiner en quoi ces formules orientées vers la découverte d'un patrimoine peuvent présenter un intérêt pédagogique en vue de son appropriation.

 

 

Sensibiliser les enfants au patrimoine

L'étude "A vous de jouer" a mis en avant la nécessité de mieux sensibiliser les enfants d'âge scolaire, de la maternelle au lycée, à leur patrimoine élargi, d'éveiller leur curiosité, de donner un sens à leur environnement. Les classes du patrimoine, inventées dans les années 80, et pour lesquelles les Pays de la Loire ont été une région précurseur, constituaient une première formule intéressante à étudier, pour laquelle la Région prévoit d'ailleurs des aides. Mais ces classes ne sont qu'un outil, parfois perçu comme restreint et élitiste, au service d'une fin qui peut être poursuivie par le moyen plus large des "classes de découvertes", autrement appelées classes "transplantées" ou "hors les murs".

 

 

Différentes formules d'appropriation du patrimoine

La réflexion, centrée sur la seule région des Pays de la Loire, permet d'examiner en quoi ces différentes formules orientées vers la découverte d'un patrimoine peuvent présenter un intérêt pédagogique dans le but recherché : l'appropriation d'un patrimoine. Cet intérêt n'est-il que pédagogique ? Les classes de découvertes ne doivent-elles être considérées que comme un objet pour l'école ? Quels en sont les enjeux pour les territoires ? Quelles sont les difficultés rencontrées qui expliquent que si peu d'enfants en bénéficient, notamment dans le secondaire ? Quels leviers d'action les institutions régionales pourraient-elles mobiliser pour promouvoir leur diffusion ?

 

 

Les enjeux des classes du patrimoine

Les classes de découvertes du patrimoine pourraient, au-delà même des textes règlementaires, comprendre les classes du patrimoine et les classes "hors les murs" avec ou sans hébergement, s'inscrivant dans un parcours pédagogique. Sur la base d'un état des lieux conforté par des "choses fortes" entendues d'enseignants consultés dans le cadre de cette étude, il convient de mettre en évidence les principaux enjeux de ces classes, en identifiant les obstacles à leur diffusion, avant de formuler un certain nombre de propositions.

 

 

PROPOSITIONS POUR LES CLASSES DE DECOUVERTE DU PATRIMOINE

Améliorer la visibilité du dispositif de classes de découverte

Mieux recenser et évaluer l'existant

  • Etablir une cartographie des centres d'accueil : cette cartographie, réalisée par le rectorat et la DRAC, procéderait d'un recensement exhaustif de l'ensemble des structures disponibles, quels que soient le régime juridique et l'appartenance ;
  • Rassembler les données statistiques au niveau du rectorat : ce regroupement donnerait lieu à l'élaboration d'outils de suivi quantitatif et qualitatif partagés entre tous les financeurs et consultables en un point unique ;
  • Promouvoir les chartes de libre adhésion sur le modèle de celle de la Loire-Atlantique : l'existence de référentiels partagés doit pouvoir donner lieu à des certifications traduisant non seulement la visibilité des structures concernées mais également la variété des supports pédagogiques qu'elles proposent.
  • Renforcer l'information et les échanges de savoirs au bénéfice des enseignants
  • Promouvoir l'information en IUFM : mettre en valeur, au niveau de chaque inspection académique, la dimension pluridisciplinaire des classes de découvertes, qui est chère aux IUFM, pour en faire un objet d'apprentissage de la conduite de projet ;
  • Développer le tutorat en incitant les enseignants les plus expérimentés à soutenir les initiatives de leurs jeunes collègues, au moyen d'une communication ciblée, rendue possible par une meilleure exploitation des informations relatives aux projets conduits les années antérieures ;
  • Favoriser les échanges d'informations entre enseignants en établissant des correspondances entre les niveaux (du primaire au secondaire par exemple) et entre les territoires (du lieu de départ au lieu d'arrivée notamment).
  • Valoriser les objectifs pédagogiques relatifs aux classes de découvertes
  • Communiquer sur des objectifs de fréquence et de durée adaptés à chaque public : 5 jours minimum dans le premier degré ; 3 à 5 jours minimum dans le second degré ;
  • Dans le secondaire, associer l'ensemble du corps professoral à l'élaboration des contenus pédagogiques des séjours, dans la mesure où, à ce niveau, un certain nombre d'obstacles viennent des enseignants eux-mêmes ;
  • Valoriser les objectifs contenus dans le 7e socle des connaissances défini par le ministère de l'Education nationale : ce socle introduit parmi les savoir-faire fondamentaux l'apprentissage des savoir-être nécessaires à la vie citoyenne ;
  • Définir des cibles prioritaires en direction des savoir-faire, en lien avec l'orientation professionnelle : cet objectif doit concerner l'enseignement général comme l'enseignement professionnel. A ce dernier titre, il pourrait particulièrement concerner les 3e de préparation à la vie professionnelle (PVP) et les SEGPA (Sections d'enseignement général selon des parcours adaptés) en collège. Il pourrait enfin trouver un excellent terrain d'application dans les options facultatives de "découverte professionnelle" en classe de 3e.
  • Elargir la communication en direction des familles et des jeunes
  • Développer une communication spécifique "grand public" : les classes de découvertes ne doivent pas être associées à un outil fait "par l'Education nationale pour l'Education nationale" ;
  • Communiquer en direction des jeunes via le Pass culture sport : en effet, le Pass fait partie des aides régionales les mieux connues des populations concernées.
  • Développer la reconnaissance des classes dans le parcours scolaire
  • Encourager les jeunes lycéens à prendre eux-mêmes en charge l'organisation de leur séjour, en contrepartie d'une reconnaissance scolaire ou citoyenne. Cette démarche pourrait s'appuyer sur un certain nombre d'expériences déjà existantes de reconnaissance du montage de projet, dans les filières technologiques notamment.

 

Enclencher une dynamique partenariale systématique et mobiliser les centres en réseau (fonctionnement interne et ancrage territorial)

Associer les décideurs dans une démarche collective. Il existe une multitude de conventions bilatérales (rectorat - DRAC, Conseil général – inspection d'académie) où chacun, à son niveau, inscrit ses exigences ;


Dans ce prolongement, et par delà les différences d'appartenance juridique, fédérer les centres autour de problématiques communes. La méthodologie utilisée pour constituer le réseau régional des centres d'éducation au patrimoine, aujourd'hui en sommeil, pourrait être reprise et améliorée. Un "comité de pilotage des classes de découvertes du patrimoine" pourrait en émaner.

 

Lever les obstacles administratifs, psychologiques et culturels

  • Mobiliser les enseignants
  • Promouvoir les formations au montage de projet dans les IUFM ainsi que dans le cadre de la formation continue des enseignants ;

    Sans qu'il soit possible d'en faire une préconisation régionale opérationnelle à court terme, engager au niveau de l'Etat des réflexions tendant à davantage valoriser les enseignants qui s'impliquent. Par leur intérêt largement démontré et officiellement considéré par l'Education nationale, les classes de découvertes s'inscrivent dans le cœur de métier de la fonction enseignante et elles doivent être reconnues comme telles.
  • Améliorer les méthodes de présentation des projets
  • Considérer que ces méthodes présentent plus d'efficacité, lorsque, au-delà des seuls enseignants, elles impliquent ceux qui vont accueillir les enfants sur leur lieu de séjour, au premier rang desquels, les responsables de centres, animateurs et autres médiateurs, mais aussi des représentants des pouvoirs publics locaux (maire de la commune, représentant des services déconcentrés de l'Education nationale ou de l'établissement scolaire local). Une telle mobilisation paraît difficile à concevoir de manière systématique. Mais les TIC (visioconférence, projection vidéo en particulier), qui fournissent beaucoup de solutions techniques de rapprochement, pourraient être davantage exploitées dans cet objectif au sein des établissements scolaires ;
  • Instaurer un recensement précis des réticences opposées par les familles au départ de leurs enfants (alimentation, mixité, sécurité), ainsi que du nombre de jeunes laissés "sur le côté", du fait de ces réticences. Cette information, si elle était disponible, et largement diffusée, permettrait aux enseignants de mieux préparer la communication de leur projet, et mieux anticiper les difficultés rencontrées dans la réception du message ;
  • Mieux présenter aux familles la réalité des risques et l'accidentologie. Sans abonder dans le catastrophisme, il faut désamorcer l'angoisse légitime de certains parents, en rappelant que s'ils sont spectaculaires, les accidents restent fort peu nombreux au regard du nombre d'enfants qui partent.
  • Redéployer du temps et des moyens du contrôle vers l'accompagnement
  • Renforcer le réseau des conseillers pédagogiques dans les académies : ce réseau est essentiel, particulièrement dans le premier degré, compte tenu de l'absence de conseil d'administration et de projet d'établissement sur lesquels prendre appui ;
  • Dans le cas particulier des classes du patrimoine, raccourcir les délais de validation administrative des projets, en augmentant, par exemple, le nombre et la fréquence des commissions d'examens, particulièrement entre juin et septembre, afin de faciliter les départs en "classes rousses" ;
  • Simplifier les procédures de certification et de contrôle sur le terrain en désignant par exemple un interlocuteur unique inter-administratif ou une commission de proximité associant inspection académique et acteurs de terrain adossés à des fiches d'évaluation partagées.

 

Trouver de nouvelles solutions de financement

  • Mieux prendre en charge la question des transports et celle des transferts
  • Dans le cadre de la convention TER, inclure une possibilité de déplacements pour les classes de découvertes à un prix adapté ;
  • Compte tenu de la compétence des Départements sur la gestion des transports scolaires, inclure dans leurs marchés de délégation de service public une clause relative aux transports des classes de découvertes, que ce soit pour se rendre sur le lieu du séjour, ou pour relier des sites distants pendant le séjour ;
  • Encourager les porteurs de projets à rechercher un juste équilibre entre projections distantes et formules de proximité qu'il faut savoir exploiter.
  • Prendre en compte la question des ressources humaines des centres
  • La mise en réseau des acteurs d'un territoire, évoquée précédemment, doit aussi permettre de mutualiser des compétences aujourd'hui dispersées, et contribuer à stabiliser ces emplois. Afin d'être en mesure de lisser la saisonnalité des besoins, cette mise en commun pourrait aller jusqu'à prendre la forme de groupements d'employeurs élargis à d'autres structures que les seuls centres de classes de découvertes.
  • Dégager de nouvelles recettes
  • Faire en sorte que l'ancrage territorial des centres se traduise par un développement des mécénats locaux, notamment pour financer les supports pédagogiques, compte tenu du coût souvent très important qu'ils génèrent, et du type de conception sur-mesure qu'ils nécessitent parfois ;
  • Pour les aides à la pierre, proposer que la Région :
  • - Mobilise des crédits d'investissement dans le cadre des CTU, notamment pour les centres d'accueil dépendant des collectivités territoriales ;
  • - Institue, pour les centres relevant du secteur privé associatif, des aides s'inscrivant dans des programmes de rénovation des infrastructures d'hébergement du tourisme social, afin d'en favoriser une utilisation optimale sur l'année.
    Dans les deux cas, veiller à ce que ces aides soient suffisamment importantes pour être réellement incitatives.
    Pour les aides au fonctionnement, réserver une intervention régionale privilégiée en direction des lycées. L'aide serait assortie d'une bonification pour les séjours transplantés d'au moins 3 jours.
  • Résorber les inégalités dans les territoires
  • Sensibiliser les élus locaux aux intérêts économiques et sociaux des classes de découvertes. Cette sensibilisation doit concerner aussi bien les zones rurales que les zones urbaines, même si, dans ce dernier cas, les moyens disponibles sont plus importants.

 

Imaginer de nouvelles solutions alternatives aux classes transplantées

  • Identifier les lieux susceptibles de faire l'objet d'une appropriation patrimoniale dans les territoires. En communiquer la liste auprès des établissements scolaires publics et privés : ces lieux peuvent être des entreprises ou des sites industriels, des espaces naturels, des ensembles urbains ou architecturaux, des éléments patrimoniaux, des complexes sportifs, des ouvrages d'art, etc. ;
  • Afin de pallier le manque de disponibilité des parents, envisager un appel aux réseaux locaux de seniors, surtout lorsque ceux-ci ont ou ont eu une activité professionnelle en lien avec l'objet principal de la classe de découvertes (métier d'art, agriculteur, paysagiste, etc.) ;
  • Valoriser la notion de "parcours pédagogique" en élaborant un recueil inter-académique des bonnes pratiques qui font la qualité de tels parcours et en en faisant la promotion.

Contactez-nous !

une question, un projet, une commande papier de nos études & publications...

Nom*
Entrée non valide

Prénom*
Entrée non valide

Adresse*
Entrée non valide

Ville*
Entrée non valide

Code Postal*
Entrée non valide

Email*
Entrée non valide

Téléphone
Entrée non valide

Fonction
Entrée non valide

Objet
Entrée non valide

Message*
Entrée non valide

Entrée non valide

Création site internet : Agence web Images Créations